Dernières prévisions sur le développement du marché immobilier

Article du 24.07.2020
Dernières prévisions sur le développement du marché immobilier
 Montrer toutes les photos 2

La pandémie du coronavirus a imprimé sa marque sur l'économie mondiale. Ainsi, les prévisions économiques pour 2020 en Suisse, présentées par le groupe d'experts du gouvernement fédéral en juin 2020, semblaient plutôt sombres. Ce rapport prévoyait la pire crise économique depuis 1975. Cela a incité la société indépendante de conseil et de recherche Fahrländer Partner Raumentwicklung (FPRE) en juillet à examiner si ces perspectives pessimistes s'appliquent également au marché immobilier. À cette fin, l'entreprise a comparé et évalué les résultats de l'enquête immobilière du FPRE et de l'enquête de l'HEV Schweiz. Les prévisions pour le marché immobilier sont raisonnablement optimistes, du moins pour le secteur de l'immobilier résidentiel privé.

 

Copropriétés et maisons unifamiliales dans la vérification d'index

Le confinement dû au coronavirus représente pour l'économie suisse le défi le plus difficile à relever depuis 1975. C'est le résultat des dernières prévisions économiques du groupe fédéral d'experts. FPRE a voulu savoir si ces perspectives sombres s'appliquaient également au secteur de l'immobilier et à ses prix. Depuis 2008, la société a régulièrement mené des enquêtes auprès des experts immobiliers suisses. Elle a comparé et évalué ces résultats avec les résultats des séries chronologiques de HEV Schweiz. Les indicateurs prévisionnels des prix des deux enquêtes montrent une tendance au développement de différents segments de l'immobilier.

Dans l'ensemble, l'enquête du printemps 2020 montre une tendance à la baisse dans tous les segments par rapport à l'enquête de l'automne 2019. Toutefois, il existe une grande différence entre l'immobilier résidentiel et l'immobilier commercial ou de bureaux. Selon cette étude, les 804 participants à l'enquête s'attendent à ce que les prix de l'immobilier résidentiel privé restent relativement stables en 2020. Bien qu'une légère tendance à la baisse des prix des copropriétés puisse être observée selon les indicateurs prévisionnels des prix, les experts estiment que les prix des maisons unifamiliales devraient rester stables. Un quart des participants à l'enquête s'attendent même à ce que les prix dans ce segment continuent à augmenter. Les indicateurs des prix de transaction de FPRE confirment cette évaluation. Par exemple, les prix des copropriétés ont augmenté de 2,2% au premier trimestre de 2020 et les prix des maisons unifamiliales de 2,7%.

 

Pas d'accalmie pour les immeubles d'habitation

Toutefois, les différences régionales doivent être prises en compte dans l'évolution des prix de l'immobilier. Dans le sud de la Suisse, par exemple, les attentes des experts immobiliers ont fortement baissé. Alors qu'il y a six mois, 21 % des personnes interrogées s'attendaient à une hausse du prix de l'immobilier résidentiel, l'enquête du printemps a montré que seuls 6 % s'attendaient encore à une hausse. En effet, 43 % des experts prévoient une stabilité des prix de l'immobilier résidentiel. Cependant, 51 % sont moins optimistes et s'attendent à une baisse des prix. Dans les autres régions suisses, la proportion de personnes interrogées qui s'attendent à une hausse des prix de l'immobilier résidentiel a également diminué dans l'ensemble.

Cependant, selon l'enquête du printemps, les experts estiment que la situation sur le marché du logement locatif restera stable. Bien que l'indice des loyers résidentiels soit en négatif à -48,2 points, il l'était déjà avant la pandémie du coronavirus. Toutefois, selon les estimations, la hausse des taux de vacance et la surproduction de biens immobiliers devraient entraîner une nouvelle tendance à la baisse. Les immeubles d'habitation constituent un point positif. Les experts s'attendent à ce qu'ils restent un investissement populaire en raison du manque d'opportunités d'investissement alternatives. Ils continuent à s'attendre à une hausse des prix dans ce segment de l'immobilier. Dans l'ensemble, la situation du secteur résidentiel privé peut donc être décrite comme relativement stable par rapport au marché suisse dans son ensemble. Stefan Fahrländer, PDG de Fahrländer Partner (FPRE) le résume très bien : « La ruée vers l'or bétonné soutient les marchés ».

 

Des temps difficiles pour le marché des bureaux et des espaces commerciaux

La situation est très différente pour l'immobilier de bureaux et commercial. La pandémie du coronavirus a en effet clairement eu ici un effet négatif. Alors qu'avant la crise du coronavirus, les espoirs reposaient sur une stabilisation de ce segment de l'immobilier, qui avait été ébranlé pendant un certain temps, les spécialistes de l'immobilier prévoient maintenant un avenir extrêmement sombre. Selon l'enquête du printemps, les indicateurs prévisionnels de prix pour les loyers de bureaux ont chuté de 62,3 points par rapport à l'enquête de l'automne 2019, pour s'établir à -95,9 points. Les indicateurs des prix de transaction des immeubles de bureaux et commerciaux ne semblent pas davantage positifs. Avec -68,0 points, ils ont atteint à peu près le même niveau que pendant la crise financière.

Partager sur

0